OraNoua.ro
Publicat în 11 februarie 2015, 16:14 / 345 elite & idei

Corina Vintan: „L’année passée, on a perdu l’opportunité des grands projets économiques”

Corina Vintan: „L’année passée, on a perdu l’opportunité des grands projets économiques”

„Les années électorales suspendent l’accès aux facteurs clé de la prise de décision” 

On a eu des clients qui ont quitté la Roumanie, en accusant l’absence de l’esprit d’entreprise de l’administration”

La diminution sans précédent de la confiance aux gouvernements, à l’entreprise, aux médias et à l’innovation technologique, selon le Baromètre Edelman, est une tendance préoccupante; il est clair que le monde change, les structures et les hiérarchies passées ne sont plus représentatives pour les citoyens de toutes les nationalités, considère Mme. Corina Vintan, le PDG de la compagnie Links Associates, affilié Edelman en Roumanie.
Elle croit que l’absence de confiance aux gouvernements n’est pas surprenante, mais c’est l’absence de confiance aux corporations et à la technologie qui préoccupent; elles sont considérées comme générateurs de profit, sans relevance pour l’individu habituel. „En regardant les créateurs de confiance les plus forts identifiés par le Baromètre, qui sont la famille, les gens habituels et la société civile, seulement une «démocratisation complète» du processus de décision peut en être la solution”, nous a déclaré Corina Vintan, en précisant que les gens veulent être des co-créateurs de la réalité où ils vivent, mais cela concerne tant la gouvernance des politiques publiques que celle corporatiste.
Corina Vintan conduit depuis plus de huit ans Links Associates, une société autochtone de communication stratégique, spécialisée en affaires publiques, relations publiques, management d’évènements et consultation aux affaires, avec offices à Bucarest et Belgrade, avec des opérations en Europe et dans le monde. Dans la période 2005-2007, Corina a été la porte-parole du Ministère des Affaires Etrangères.
L’été passé, Links Associates a signé un contrat d’affiliation pour la Roumanie et la Serbie auprès de la compagnie de Relations Publiques Edelman, partenariat qui pour Links Associates représente l’accès à un réseau global avec 65 bureaux et plus de 5.000 employés et pour Edelman, la consolidation de la présence dans l’Europe de Sud-Est.
Corina Vintan nous a dit que l’affiliation Links Associates à PR Edelman a été un succès d’équipe et personnel: „Edelman a toujours été pour moi le lieu où la Bible des Relations Publiques a été écrite et maintenant, chez nous, chez Links, on a accès à toute cette histoire et à l’innovation permanente dont le réseau Edelman est capable. De plus, après mon expérience de plus de 20 ans dans la communication, dans l’agence, dans la presse, dans la diplomatie, dans les ONG, je suis arrivée dans l’endroit où j’ai découvert que le processus d’étude continue”.
Links Associates a conservé l’année passée la majorité des clients et en a gagné de nouveaux, du réseau Edelman aussi.
Corina Vintan nous a déclaré: „Comme toute année électorale, le 2014 a causé des préjudices à l’agenda économique de la Roumanie. Avec une démocratie insuffisamment rodée et un agenda politique interne agité, la Roumanie a perdu l’année passée l’opportunité des grands projets économiques. Notre activité se déroule solidairement avec celle des clients. Si l’on parle strictement du point de vue du chiffre d’affaires, on a été très proche de l’année 2013, avec une valeur de 560.000 euros. Il a été une année où nos clients ont lutté pour faire avancer leurs projets, en faisant un slalom constant dans un milieu normatif imprévisible, parmi des opérations spectaculaires d’arrêts, des analyses politiques et l’absence des interlocuteurs de l’appareil exécutif. Les années électorales suspendent l’accès au facteur de la prise de décision, parce qu’il est plus concentré sur son agenda politique que sur celui exécutif „.
Un nombre important de gens d’affaires ont décidé l’année passée d’arrêter les investissements dans notre pays, parce qu’ils étaient mécontents de l’instabilité créée par les élections du mois de novembre 2014. Corina Vintan estime: „Je ne sais pas combien de temps on va nous permettre encore ce luxe, que l’économie soit toujours dépendante de l’agenda politique et non pas de l’intérêt public. Si vous me demandez, la Roumanie joue avec le feu, on n’a plus le temps et l’espoir de voir arriver les investisseurs en Roumanie. La droite et la gauche n’auront aucune relevance si, tout comme pour la politique externe, on n’aura pas un agenda de notre intérêt comme pays, qui ne soit pas saboté chaque 6 mois par un agenda politique gouverné par l’arbitraire. Attirer et maintenir les investisseurs dans un pays est comme un concours de beauté ; si l’on chute de podium, il est plus difficile d’y revenir. On a eu des clients qui, après un nombre d’années, ont quitté la Roumanie en accusant l’absence de l’esprit d’entreprise de l’administration”.
Le PDG Links Associates dit qu’il y a une préoccupation du Gouvernement, par le Ministère de la Justice, de promouvoir une loi sur le lobbysme. On a eu au passé quelques initiatives législatives, suspendues dans la Commission Juridique de la Chambre des Députés.
Corina Vintan spécifie: „On espère cette fois que les facteurs de décision aient compris qu’il n’est pas possible de promulguer une loi qui réglemente seulement dix compagnies de consultation qui déclarent pour objet d’activité la promotion des intérêts des tiers dans leur relation avec les facteurs de décision tandis que toutes les autres entités qui font la même chose, des corporations, des syndicats, des patronats, des ONG, des chambres du commerce, des compagnie d’avocats restent en dehors de la réglementation. A différence des autres, on a un registre de transparence, un code éthique, on signe le FCPA (Foreign Corrupt Practices Act) avec tous les clients. On a longtemps discuté à Londres avec mes collègues les raisons du législateur roumain de promouvoir une loi de réglementation de cette activité et le terme «trafic d’influence» leur est complètement étranger. Evidemment, la perspective du lobbyiste en Roumanie est totalement différente”.
Le concept de Public Affairs (lobby) met face en face le milieu d’affaire et les facteurs de décision politique ou d’une communauté pour la réalisation d’un objectif d’intérêt public. Corina Vintan déclare: „Les autorités comprennent très bien le rôle de cette consultation et que l’accès au facteur de la prise de décision est obligatoire de nos jours, dans tout le monde. Mais elles font une évaluation incorrecte de la manière de fermer la corruption au niveau haut. Comme société de lobbysme, on a l’intérêt raisonnablement égoïste de respecter certains commandements éthiques d’intégrité pour rester dans le champs professionnel. Toute suspicion sur la réputation de la compagnie est égale à son expulsion du marché et aucun lobbyiste véritable ne prendrait cette voie. Donc une telle mesure est inutile. Vouloir arrêter le «trafic d’influence» au niveau haut par la réglementation très stricte des consultations est comme si l’on voudrait réduire le réchauffement climatique par la réglementation très stricte de la cuisine dans les maisons”.
Le PDG Links Associates considère qu’on ne peut pas parler de PR et PA dans des termes concurrentiels: „Ce sont des services complémentaires d’habitude. Public Affairs est devenu un service sollicité surtout par les grandes compagnies, développé par plusieurs à l’intérieur (des départements de PA ou govornment relations, corporate Communications etc.). Le marché de PR continue à être beaucoup plus développé et compétitif, jusqu’au point où il y a des services gratuits „.
«Links Associates» envisage le développement d’un nouvel office en Moldavie, après celui de Serbie. „On cherche des partenaires avec lesquels on puisse développer des nouvelles lignes d’affaires dans la zone de la diplomatie économique et publique, et une plateforme qui promue le leadership féminin”, continue Corina Vintan, en ajoutant que, en ce qui concerne l’activité courante, elle envisage la modification de la tendance de diminution de la sollicitation pour la zone stratégique. „Nous voulons anticiper et nous inscrire correctement dans les développements internationaux qui vont influencer aussi la Roumanie. La position géographique de la Roumanie peut générer des opportunités, mais aussi de mauvaises surprises. J’ai peur qu’un marché où la consultation de Public Affairs ne devienne trop sophistiquée pour la capacité d’opération de establishment”, considère Corina Vintan.
Sur la qualité de la presse de notre pays, le PDG «Links Associates» apprécie: „Sauf les journaux d’affaires qui conservent leur ligne, je crois que la presse tient trop du patronat et peu du journaliste. J’espère que les quelques publications restées se requalifient pour ce qu’il suit, la compétition acerbe avec les new media et social media”.
Corina croit qu’il est difficile et provocateur d’être entrepreneur en Roumanie, surtout comme femme: „Il faut marcher en talons pour 24 heures à jour, ce qui est fatiguant, il faut rester éveillée et alerte, travailler dur et penser toujours, sans horaire de travail „.
Demandée sur les arguments en faveur de la promotion de Bucarest et de la Roumanie, Corina Vintan nous a déclaré: „Bucarest peut devenir une destination extraordinaire pour tout Européen à la recherche des loisirs. On sait se sentir bien et on peut exporter cela. Peut-être notre don principal est qu’on sait jouir de la vie, n’importe quelles seraient les circonstances. Faisons donc un séjour à Bucarest dans nos clubs, pour les personnes âgées de 25 à 45 ans”.

Sursa: http://www.bucaresthebdo.ro

Ultima ora:

ObservatorMarco Badea: David Popovici a reușit! A devenit campion mondial la 100 de metri liber și atinge la doar 17 ani o performanță neegalată timp de 49 de ani

PoliticMarco Badea: 119 de zile de când Vladimir Putin a început războiul în Ucraina

EconomieSergiu Manea: Gândirea digitală înseamnă inclusiv să recunoşti foarte repede când eşti pe o cale greşită şi să înveţi din asta | Conferinţa Microsoft Envision România

ExternCristian Unteanu: Care este statutul exact al „luptătorilor străini” din Ucraina? Sunt şi români printre ei?

SocialSorin Ioniţă: Misiunea statului în lumea civilizată e să se ocupe de mediocrităţi ca mine, nu de genii

EvenimenteCiprian Stanescu: Despre economie circulara pe termen lung

CulturaMireille Rădoi: Studii despre Imperiul Bizantin la Biblioteca Centrală Universitară Carol I

EditorialAlexandru Grumaz: IAR Ghimbav a jucat la două capete în ceea ce privește elicopterele 



Club Romania | Elite si idei / www.oranoua.ro - Open Source Internet Database part of a non-governmental project / Contact: office[at]oranoua[.]ro | Operated by CRSC Europe